Podcast sur l’éco-anxiété : agir, c’est guérir (nous-même et la planète)

Face au changement climatique, à l’accélération du franchissement des limites planétaires et aux prédictions inquiétantes des experts, un nouveau trouble habite l’esprit des Français : l'éco-anxiété. Dans ce nouveau podcast, AÉSIO mutuelle interroge cinq experts de la santé et de l’environnement pour faire la lumière sur ce phénomène, nourrir une pensée plus positive et favoriser le passage à l’action.

Un podcast engagé pour comprendre l’éco-anxiété, mobiliser et reprendre confiance en l’avenir

Pics de températures, incendies ravageurs, violentes intempéries… Le changement climatique est une réalité que nous vivons désormais au quotidien  et la limite planétaire qui incarne à elle seule toute l’ampleur de  la crise écologique que nous connaissons.

Les limites planétaires désignent les seuils que l’humanité ne devrait pas dépasser pour maintenir des conditions favorables au maintien durable d’un écosystème sûr et le climat ne peut pas résumer les enjeux environnementaux actuels. Elles sont au nombre de neuf : 

  1. Le changement climatique (parfois appelé réchauffement ou dérèglement climatique)
  2. L’intégrité de la biodiversité
  3. La perturbation des cycles de l'azote et du phosphore dans les sols
  4. La modification de l’occupation des sols
  5. L’ajout d’intrants chimiques dans l’environnement
  6. L’utilisation de l’eau douce
  7. La diminution de la couche d’ozone stratosphérique
  8. L’acidification des océans
  9. La concentration des aérosols atmosphériques

Ce concept a été proposé en 2009 par une équipe internationale de vingt-six chercheurs.

Cette situation anxiogène, aggravée par les catastrophes naturelles et la couverture médiatique dont elles bénéficient, peut générer une véritable angoisse qui porte un nom : l’éco-anxiété. Face à la montée des discours alarmistes et les rapports catastrophiques publiés chaque mois, il est grand temps de passer à l’action, par des actions concrètes au quotidien !

AÉSIO mutuelle part à la rencontre de personnes qui se montrent résilientes et confiantes en l’avenir, malgré les menaces qui pèsent sur notre monde. Nous nous sommes entretenus avec des médecins, des psychologues, des jeunes militants d'organisations non gouvernementales (ONG)… impliqués au quotidien pour changer les choses et prouver que les prévisions actuelles ne sont pas une fatalité.

Car oui, il existe des actions concrètes que nous pouvons mettre en place dès aujourd’hui pour sortir d’une éco-anxiété délétère  et se servir de cette prise de conscience comme un moteur pour agir au quotidien et à notre niveau. Nous devons chasser les sentiments d’impuissance, de frustration ou de culpabilité par l’engagement et l’action !

À travers ce podcast, nous vous donnons des clés pour aborder avec plus de sérénité ces problématiques et faire grandir une pensée positive qui favorise le passage à l’action. Objectif : vous libérer d’émotions négatives comme la peur ou la colère, et vous donner envie de vous investir dans la transition écologique de façon responsable.

Écoutez nos podcasts quand vous le souhaitez !
Si le temps presse, cliquez sur 'Partager' pour sauvegarder dans votre playlist et profiter pleinement plus tard. 🎧 

1/  Eco-anxiété, solastalgie : identifier pour mieux combattre

L’éco-anxiété peut être assimilée à un stress pré-traumatique, lié à l’incertitude face aux conséquences de la crise environnementale et d’un potentiel effondrement de la civilisation. C’est la peur de l’avenir et le sentiment d’impuissance qui sont à l'œuvre.

La solastalgie est l’expérience d’un changement d’environnement perçu négativement. Le philosophe Baptiste Morizot parle du “deuil d’un monde que l’on a connu” et qui est en train de disparaître.

Par exemple, le sentiment de détresse d’un habitant de Chamonix face à la constatation de la fonte des glaciers qu’il connaît depuis des décennies relève de la solastalgie. L’angoisse profonde de ce même habitant, qui ne peut pas s’empêcher de penser aux conséquences à long terme de la crise climatique, est l’expression d’une éco-anxiété.

Dans le premier épisode, Charline Schmerber, praticienne en psychothérapie et autrice du Petit guide de survie pour éco-anxieux vous aide à mieux appréhender les concepts d’éco-anxiété et de solastalgie, et livre quelques suggestions pour les combattre.

2/ Comment dépasser les 3 symptômes de l’éco-anxiété ?

Dans le deuxième épisode, nous allons à la rencontre de Pierre-Éric Sutter, psychologue du travail, psychothérapeute et philosophe praticien. Au contact de ses patients, il a conçu une courbe de symptômes de l’éco-anxiété par catégorie, ainsi que des conseils pour dépasser cet état. Sa courbe se décline en trois étapes : une boulimie d’informations pessimistes, des éco-stress et un rejet de la société, pour arriver au sentiment de ne jamais en faire assez pour la planète.

L’éco-anxiété n’est pas une maladie, mais elle peut rendre malade en engendrant une anxiété chronique ou une dépression réactionnelle. Plusieurs millions de personnes en souffrent en France, et les accompagner devient un véritable enjeu de santé publique. Le déclencheur premier de l’éco-anxiété, la prise de conscience aiguë des crises environnementales, est aggravé par la consultation d’informations alarmistes diffusées par les médias, que vient étayer régulièrement la publication d’une nouvelle étude scientifique. Les émotions négatives comme la peur, le stress ou la colère prennent le pas sur la raison et l’action. Le rejet des valeurs consuméristes s’installe, avec un isolement croissant des éco-anxieux. L’absence d’espoir peut aller jusqu’à la dépression, ou pire encore.

L’accompagnement thérapeutique repose sur une compréhension des fondements de l’éco-anxiété, sans déni des informations négatives à l’origine de leur état. Le thérapeute insiste sur les actions concrètes à mener pour sortir de l’isolement et d’un sentiment d’impuissance, et pour retrouver une place proactive dans le monde.

AÉSIO mutuelle et remboursement psychologue

AÉSIO mutuelle vous oriente pour trouver des solutions adaptées.

Un suivi psychologique peut être utile ou nécessaire

3/ De l’éco-anxiété à l’éco-action

Dans le troisième épisode, nous passons à l’action pour lutter contre l’éco-anxiété avec Lucie Pélissier : jeune consultante climat et adaptation au changement, elle est également la réalisatrice du documentaire Les déplacés climatiques. Elle est par ailleurs une observatrice privilégiée des lycéens et de leurs préoccupations à travers son podcast « Et si ça arrivait chez moi ? ». Lucie Pélissier nous raconte l’origine de son engagement et comment il lui a permis de lutter contre l’éco-anxiété.

Lucie Pélissier souligne les liens entre les enjeux environnementaux et migratoires. Elle insiste sur l’importance d’une peur qui ne doit pas être paralysante. Contre le repli sur soi, elle oppose l'action, bénéfique également sur la santé mentale des individus. Agir demande une implication à plusieurs échelons : au niveau individuel et familial, mais également au niveau collectif jusqu’au militantisme ou à l’engagement citoyen, associatif ou politique.

4/ Les jeunes s’engagent pour le climat

Dans le quatrième épisode, nous donnons la parole à Matteo Vicente, un engagé de la première heure dans le mouvement citoyen Youth for Climate, et qui a participé à la Marche pour le climat en 2019 et 2020.  Aujourd'hui, il est le président du tout jeune parti politique Génération Climat.

Les enfants et les jeunes sont en première ligne face à au dérèglement climatique et aux autres menaces environnementales. Matteo Vicente rappelle que l’engagement des individus au service de l’écologie peut être individuel, associatif ou politique, et qu’il se mène à une échelle locale, nationale ou internationale. Il met en lumière l’importance d’une information fiable, et invite à sortir du cycle anxiogène parfois porté par les médias pour s’intéresser à des études scientifiques objectives, comme le rapport du GIEC. 

5/ Décroissance : la clé pour être éco-serein ?

Passée d’un poste au sein d’une grande banque à une ONG, puis à la recherche d’autonomie en permaculture, Hélène Grosbois réfléchit chaque jour sur la meilleure façon de mener une transition générale dans sa vie quotidienne. Sobriété, ruralité, durabilité, autonomie alimentaire : elle nous dit tout sur son style de vie entièrement tourné vers la décroissance, seul rempart à la lutte contre l’éco-anxiété selon elle. L’écologie est vécue comme un véritable projet de vie, et cet enracinement à la terre et à la nature ne traduit pas un abandon ou un repli sur soi, bien au contraire ! De l’empowerment à l’état pur ! 

Et chez AÉSIO mutuelle, que faisons-nous en matière environnementale ?

Emmanuel François, directeur adjoint de la RSE chez AÉSIO mutuelle, et membre du Conseil d’administration de la Fondation AÉSIO, représentant les salariés, présente notre politique Responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

1.    Quelle est la politique RSE d’AÉSIO mutuelle ?

La politique d’AÉSIO mutuelle permet d'embrasser tous les pans de la RSE. Elle pose une question centrale : en tant qu'assureur responsable, comment donner accès au plus grand nombre à une santé de qualité dans le contexte des transitions écologique et sociale ? Cela pose la question de l'impact de l'environnement sur la santé : comment est-on capable d'y répondre, et comment peut-on apporter des services et des solutions à nos adhérents ? Comment diminuer l'impact de l'entreprise sur le changement climatique ? Et comment permet-on aussi aux collaborateurs de s'engager dans cette démarche RSE ?

Sur le sujet du climat, AÉSIO mutuelle a mis en place : 

  • La fresque du climat, un outil très fort de sensibilisation sur le changement de régime climatique et ses impacts sur les activités humaines.
  • Une trajectoire bas carbone, pour contribuer à la stratégie nationale : nous souhaitons diminuer notre empreinte carbone de 15 % d'ici à 2025. 

Une stratégie à la fois réaliste, ambitieuse et dont le délai nous engage parce que nous rendrons compte des résultats obtenus. 

Sur le même sujet

Notre ambition RSE

AÉSIO mutuelle se mobilise à travers sa démarche RSE pour accompagner les transitions sociales, écologiques et numériques dans les territoires.
Retrouvez ici nos engagements RSE.

2.    Pourquoi est-il important de s’inscrire dans une démarche RSE, en particulier pour les personnes éco-anxieuses ?

La vertu première d’une démarche RSE est d’engager l’entreprise dans le long terme en contribuant à relever les nombreux défis qui se présentent à nous comme la transition écologique et climatique.

Les experts qui ont été interviewés le diront bien mieux que moi. La crise majeure de la biodiversité, le dérèglement climatique et plus globalement la dégradation de l’environnement sont à l’origine de l’éco-anxiété qui sera traitée dans la série de podcast que propose la mutuelle et qui touche une part importante de la population quel que soit l’âge d’ailleurs.

Le Passage à l’action est un moyen efficace pour permettre de gérer son éco-anxiété. Et la démarche RSE, l’engagement qu’elle permet en matière de climat, de biodiversité ou d’environnement en général offre à ceux qui en ressentent le besoin l’opportunité d’agir.