#À vos côtés

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Mieux comprendre le nouveau dispositif Mon espace santé

Depuis le 3 février 2022, le service Mon espace santé de l'Assurance Maladie est en ligne. Son objectif ? Stocker et partager, sous conditions, vos documents et vos données de santé pour que vous soyez mieux soigné. Voici quelques explications pour vous permettre de mieux comprendre ce nouveau dispositif.

Le nouveau site monespacesante.fr, géré par l’Assurance Maladie, donne accès, dans un premier temps, à votre dossier médical partagé (DMP) et à une messagerie sécurisée de santé.

www.monespacesante.fr

Selon la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam), la vocation première de Mon espace sante est d’abriter notre futur carnet de santé numérique, répondant ainsi aux souhaits de 8 personnes sur 10, désireuses de suivre un parcours de santé facilité.

D’ici 2023, 43 millions d’usagers auront accès à leur nouveau dossier médical partagé, en remplacement du Dossier Médical Personnel, dont le succès était mitigé.

Vous êtes libre de créer votre espace santé

Si vous êtes bénéficiaire d’un régime d’assurance maladie français, vous recevrez, d’ici fin mars 2022, une notification, par e-mail ou par courrier, présentant Mon espace santé.

Sans action de votre part, votre profil sera créé automatiquement dans un délai de 6 semaines.

Vous pouvez donc choisir de l’activer immédiatement, ou de vous opposer à sa création automatique.

Les parents auront également la possibilité de renseigner l’espace santé de leurs enfants, qui est directement rattaché à leur profil.

Pour ceux ayant déjà un DMP, pas d’inquiétudes, son contenu sera intégré à Mon espace santé.
À tout moment, indépendamment de votre décision initiale, vous avez la liberté d’activer ou de clôturer votre profil. Les documents et informations enregistrés dans Mon espace santé resteront alors votre propriété.

Partagez l’essentiel de vos informations de santé

© source Ameli.fr

Le dossier médical en ligne : ce qu’il faut savoir

–  Dans un coffre-fort sécurisé, ordonnances, comptes rendus d’hospitalisation, résultats d’analyses et traitements en cours… sont regroupés pour assurer la continuité des soins de ville et hospitaliers.

–  Bonne nouvelle : d’autres informations telles que les antécédents familiaux, les allergies, les contre-indications ou encore le carnet vaccinal complètent l’ensemble.

–  Les professionnels de santé habilités alimenteront l’espace et pourront le parcourir, uniquement si l’assuré a donné son consentement. Une liste a été dressée par l’Assurance Maladie. Par exemple, les pédicures, podologues ou opticiens n’auront pas accès.

L’État, l’Assurance Maladie, les assurances et mutuelles, ou les employeurs n’ont également aucun accès aux données de santé. Par ailleurs, le dossier médical en ligne n’est pas obligatoire, et personne ne peut exiger de le consulter. L’usager peut d’ailleurs choisir de masquer des informations ou de bloquer l’accès à un professionnel ou un établissement de santé.

Hébergées sur des serveurs en France, les données de Mon espace santé sont sécurisées et leur protection confiée à la Caisse nationale de l’assurance maladie, avec l’appui de l’Agence du Numérique en Santé.

Pour toute question, un numéro d’appel a été activé : le 3422 et des médiateurs seront bientôt disponibles pour faciliter la prise en main de l’espace.

Un espace à compléter

C’est à chaque assuré de renseigner une partie de son carnet de santé numérique. La rubrique “Profil médical” recueille des informations aussi variées que le passé médical (maladies, hospitalisations…), les allergies, les habitudes de vie (fumeurs, sports), ainsi que le poids, la taille, la tension ou encore le taux de glycémie.

Les professionnels de santé habilités enrichiront le dossier médical partagé en y intégrant des documents clés : résultats de biologie, comptes rendus d’imagerie, documents de sortie d’hospitalisation, etc. Pour les y inciter, 2 milliards d’euros ont été dégagés pour moderniser leurs logiciels métiers, afin de les rendre compatibles avec Mon espace santé.

Le rôle du médecin traitant « DMP »

Parmi les médecins autorisés à accéder à votre DMP, vous pouvez désigner un médecin traitant « DMP » (votre médecin traitant actuel, par exemple), qui bénéficiera de droits spécifiques : 

  • consulter l'historique des accès à votre DMP, y compris ceux des autres professionnels de santé
  • accéder aux documents que vous avez masqués dans votre DMP
  • bloquer, à votre demande, l'accès de votre DMP à un autre professionnel de santé
  • donner, avec votre accord, le statut de médecin traitant à un autre médecin déjà autorisé à consulter votre DMP

Dans le cadre de la médecine du travail, le DMP est accessible uniquement pour y déposer des documents.

Une messagerie sécurisée et bientôt d’autres fonctionnalités

En plus du dossier médical partagé, Mon espace santé vous propose dès maintenant une messagerie sécurisée pour communiquer avec les professionnels de santé. Courant 2022, des applications santé et un agenda, permettant de centraliser en un seul endroit les rendez-vous médicaux, seront disponibles.
Quant à l’application mobile, elle sera prête d’ici quelques semaines.

---------------

L’objectif des autorités est que Mon espace santé devienne au cours des deux prochaines années un outil central au service de la prévention et des soins. La Cnam espère ainsi passer en 2 ans, de 10, à 250 millions de documents de santé échangés annuellement via le DMP et par messagerie sécurisée de santé.