#Objectif bien-être

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Mal des transports : comment le soulager ?

Vous avez déjà dû vous arrêter en voiture parce que vous vous sentiez mal ? Vous appréhendez le bateau, le train ou l’avion parce que vous savez que vous allez être malade ? Le point sur les moyens pour apaiser le mal des transports.

C’est quoi le mal des transports ? 

Survenant le plus souvent en bateau, mais aussi en avion, en voiture, en car ou en train, le mal des transports se caractérise par une série de troubles, dont l’intensité varie d’une personne à une autre. 

Les symptômes du mal des transports peuvent être plus ou moins intenses en fonction des personnes. On distingue deux étapes.

 — Dans un premier temps : vous éprouvez une sensation d’inconfort dans la partie haute du ventre, vous vous sentez nauséeux    

— Dans un deuxième temps : vous ressentez une vive fatigue, vous avez mal à la tête, vous pâlissez et avez des sueurs froides, vous commencez à hyper-saliver, vous avez des vertiges, votre respiration s’accélère, vous vomissez.

En général, ces symptômes, très handicapants sur le moment, disparaîtront seulement quelques minutes après que vous soyez sorti du moyen de transport utilisé.

Quelles sont les causes ?

Le mal des transports est dû à une réponse inadaptée du cerveau, en raison du contraste entre le mouvement enregistré par les yeux et l’immobilité du corps perçu par le vestibule (organe de l’équilibre situé dans l’oreille interne).

Ce dernier retient une impression contraire à celle communiquée par la vue. Par exemple, si vous êtes en voiture, les yeux vont observer les routes et les paysages défiler, enregistrant du mouvement, tandis que le vestibule, lui, va estimer que votre corps est immobile. Comme le vestibule fournit de mauvaises informations au cerveau sur la position de votre corps, votre organisme se trouve incapable de s’adapter audit mouvement et vous commencez à vous sentir mal.

Qui est touché par le mal des transports ? 

Le mal des transports touche majoritairement les enfants de 2 à 12 ans. Il devient moins fréquent à l’adolescence, mais certains adultes peuvent aussi être touchés. Les femmes en particulier sont concernées, notamment durant les règles ou la grossesse, mais aussi les personnes migraineuses et celles présentant des troubles de l’équilibre. 

Si vous aviez déjà fait l'expérience d'un épisode de mal des transports, alors vous êtes susceptible de présenter des symptômes plus marqués lors d'un prochain voyage, notamment en raison du stress et de l’anticipation du mal en question. 

Comment le soulager ? 

Adoptez les bons reflexes 

Quelques réflexes peuvent prévenir ou soulager les symptômes.

Avant le départ 

  • Mangez léger, mais ne partez pas à jeun ;
  • Évitez de fumer, de boire de l’alcool ou de consommer du café ;
  • En voiture, installez-vous à l’avant à côté du conducteur ou à l’arrière au milieu ;
  • Dans le train, asseyez-vous dans le sens de la marche ;
  • Dans un avion ou en bateau, choisissez une place située au centre de l'appareil ;
  • Consommez du rhizome de gingembre, sous forme de poudre ou de jus.

Pendant le voyage 

  • Maintenez la tête fixe ;
  • Prenez l’air, dans la mesure possible, les espaces confinés favorisent l’apparition des symptômes ;
  • Fixez votre regard vers l’horizon, tant que les yeux perçoivent le déplacement, le mal se manifeste moins rapidement ;
  • Détendez-vous en respirant profondément ou en écoutant de la musique ;
  • Si possible, allongez-vous, les jambes surélevées, pour calmer les nausées ;
  • Ne lisez pas, n’écrivez pas et ne jouez pas sur un écran, surtout si vous êtes sujet au mal des transports.

Sachez que le mal des transports s’atténue avec la répétition des voyages ou au bout de deux à trois jours, en cas de déplacement prolongé.  

Pensez aux remèdes de grand-mère 

Malgré toutes vos précautions, vous continuez de vous sentir mal ? Sachez qu’il existe de nombreux remèdes naturels :

  1. Consommez du gingembre au moins une heure avant le départ, puis toutes les trois heures si le trajet est long ;
  2. Mettez quelques gouttes d’eau de mélisse sur un sucre, croquez-le 1/2 heure avant ou pendant le voyage ;
  3. Consommez du thym ;
  4. Diluez 4 gouttes de Scleranthe dans un verre d'eau minérale pendant le voyage directement sur la langue 4 fois par jour entre les repas ;
  5. Mangez du fenouil (sous forme de graines, ou frais) ;
  6. Versez 1 goutte d’huile essentielle de menthe sur une cuillère à café de miel ou un sucre. Attention : à ne pas utiliser, si vous êtes enceinte ou pour un enfant de moins de 7 ans..  

Sur le même sujet

Les "remèdes de grands-mères", vraiment efficaces face aux maux de l’hiver ?

Une cuillère de miel dans un bol de lait chaud pour un mal de gorge, une tisane maison pour éviter une insomnie, un vin chaud pour soigner un gros rhume… qui n’a jamais entendu ces préconisations de membres de sa famille ou d’amis ? Ces remèdes sont-ils réellement efficaces ?
AÉSIO mutuelle vous aide à démêler le vrai du faux.

#Objectif bien-être

Si besoin, optez pour des médicaments 

Si ces précautions ne suffisent pas, vous pouvez vous orienter vers des médicaments. Demandez conseil à votre médecin traitant.

Le NausiCalm est un médicament utilisé pour prévenir et traiter le mal des transports. Il peut aussi agir comme traitement de courte durée contre les nausées et vomissements sans fièvre.

La métopimazine est une substance chimique qui limite les vomissements.

Les antihistaminiques H1 réduisent les risques de nausées. Toutefois, leur utilisation est déconseillée chez certaines personnes (personnes âgées, femmes enceintes ou qui allaitent). 

La scopolamine agit sur l’oreille interne, pour éviter la transmission d’informations perturbantes au cerveau. Ce médicament se présente sous forme de patch à coller derrière l’oreille entre 6 et 12 heures avant le départ et à garder pendant tout le voyage. Attention, il est réservé aux adultes et aux enfants de plus de 15 ans, et nécessite une prescription médicale. 

Vous pouvez aussi vous tourner vers des techniques de médecines douces (massage, homéopathie, acupuncture, sophrologie…).

Vous êtes adhérent AÉSIO mutuelle ? Sachez que certaines sont prises en charge selon votre contrat. Pour plus de renseignements, consultez notre fiche conseil. 

Sur le même sujet

Notre fiche conseil sur les médecines douces

À quoi servent-elles ? Sont-elles prises en charge ? Focus sur les médecines douces avec AÉSIO mutuelle.

Le saviez-vous ?

Certaines activités peuvent causer des symptômes proches du mal des transports.

Par exemple, vous sentir mal après avoir passé du temps sur un jeu vidéo mettant en scène des courses de voitures. 

Parfois, c’est même la situation inverse : c’est le fait de revenir à terre après un long voyage en bateau qui peut être difficile car le corps s’est habitué au mouvement des vagues. On parle alors de « mal de terre » et ce dernier peut durer plusieurs jours. Soyez patient !  

Rédigé par : Clotilde CHEVALIER