Chacun son Tanguy —

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Tanguy, 30 ans, sans emploi et pas tout à fait adulte

Pour être considéré comme un adulte en 2020, il faut avoir un bébé, un CDI et un appartement ? Ce qui n’est ÉVIDEMMENT pas le cas de Tanguy. On s’inquiète, ou ces critères n’étaient valables que pour la génération précédente ?

On parle de passage à l’âge adulte, donc c’est bien qu’on parle d’une période, qui peut être plus longue chez certains que d’autres. Mais il faut franchir le pas, à un moment. Alors c’est quand ? Et comment on le sait, que notre Tanguy est en âge de quitter le nid ?

Quand est-ce qu’on dit, je "suis" adulte ?

À quel âge devient-on adulte ? « C'est quand on cherche de la stabilité », selon Jean Viard, sociologue et auteur de l'essai Un nouvel âge jeune.

D’après lui, la jeunesse évolue, et s'étirerait désormais de 16 à 26 ans. Une observation que le rapport du Conseil économique, social et environnemental (CESE) sur les jeunes et l'avenir du travail, confirme. L’arrivée sur le marché du travail est plus tardive que pour les générations précédentes : l’âge moyen d’accès à un premier emploi stable est passé de 20 ans en 1975, à 27 ans aujourd’hui.

« C’est plutôt vers 30 ans que la plupart des jeunes deviennent adultes » ”

Jean VIARD Sociologue

Saviez-vous que 17% des jeunes de 16 à 30 ans ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation (source : Rapport CESE - avril 2019) ?

Ou que la recherche "Adulte recherche emploi" sur Google génère 94.100.000 de résultats !

  1. Etudes,
  2. Salariat,
  3. Amour,
  4. Voyages

« Ce sont les quatre étapes clés qui permettent de se préparer à la vie d’adulte », précise Jean Viard. Pour le sociologue, cet allongement de l’âge jeune est lié à une société moins linéaire.

Alors c'est ça le secret des Tanguy ? Des jeunes coincés dans des corps d'adultes ?

Être adulte, est-ce que c'est démodé ?

Les témoignages fleurissent sur Internet. Le mot "ADULTE" est angoissant. À l’exemple d’Olivia, 30 ans en recherche d'emploi ou de Sophie podcasteuse : « Ce mot m’horripile. Quand je l’entends, j’ai une image de personnes chiantes à laquelle je n’ai pas envie d’être associée ».

Alors quoi ? Nous les adultes, on est dépassés ? On n'est plus dans le coup parce qu'on a grandi trop vite, stimulés par des parents pour qui la quête d'autonomie était le plus beau cadeau parental ?

Vous êtes d'accord, nous, on a poussé à coup de : « Grandis un peu, deviens responsable. Mûris ! » Comme si nous étions un fruit vert, pas encore prêt à se détacher de l'arbre, mais sur lequel on appuie pour accélérer la chute. Il y avait une sorte d’urgence dans la voix de nos parents. On en déduisait que c'était un devoir, de passer du stade d'enfant, à celui d’adulte. Et plus vite que ça, s’il-vous-plaît. Mais c'était pour notre propre bien, non ?

Et si Tanguy restait un jeune adulte encore quelques années...

Un "jeune" adulte ? Elle est curieuse cette expression. Comme si Tanguy était coincé entre 2 états et qu'il n'arrivait pas à choisir vers lequel il doit évoluer.

Rester jeune. Ou devenir adulte. En les opposant de cette façon, il faut être honnête, ça ne donne pas très envie de pencher vers les responsabilités, le monde des impôts, des vacances planifiées...

Ah, quelle horreur ! C’est vrai, on est chiants, nous adultes. Attendez, ce n’est pas notre faute. C'est celle de nos parents. Et de la société. Oui, nous aussi on peut mettre ça sur le dos de la société qui nous a forcé à mûrir et à devenir adulte. Parce qu'il n'y avait pas la place pour les "jeunes" adultes. Il fallait choisir à notre époque.

On dirait que je parle de choses qui se sont passées il y a 1000 ans... Mais vous êtes d'accord ? Ça a évolué tellement vite. Nos parents, qui ont quitté l'école à 14 ans (ou qui n'y sont jamais allés) pour bosser à l'usine et devenir indépendant le plus vite possible. Nous, poussés vers des études courtes « parce que les études, ça n’aide pas à trouver un boulot »… Alors que Tanguy, on dirait qu’il va passer sa vie entière à faire des études !! Il faut dire qu’il a le choix, y compris de ne pas vouloir qu’on le réduise à l’étiquette "adulte". Parce que finalement, est-ce que ce n’est pas grandir et mûrir, assumer ces choix, y compris celui de chercher sa voie. Se donner du temps pour essayer, hésiter, se planter et recommencer. C’est ce que Tanguy fait.

 

Et tout bien réfléchi, il fait tout ça avec notre bénédiction. Parce qu’on est peut-être des adultes, nous, mais on est aussi des parents compréhensifs ?

Rédigé par : Delphine SANTINI