PréventionAu quotidien

Temps de lecture estimé : 2 minutes

"Friluftsliv" : n’ayez pas peur de l’hiver et profitez du grand air

Cet hiver, avec le "friluftsliv", les Norvégiens nous encouragent à sortir au grand air et à profiter de la nature malgré le froid. C’est bon pour le corps et l’esprit !

Ah, l’hiver… Rester au chaud à la maison, devant un feu de cheminée, à déguster une tasse de thé brûlant en chaussettes pilou… Ce n’est pas très "friluftsliv" tout ça !

Passer du temps dehors, même quand il fait froid

Dans la culture scandinave, on n’a pas peur du froid. A l'inverse, on cherche à passer du temps dehors, et affronter les frimas de l’hiver est même considéré comme un signe de bonne santé.

Le poète norvégien Henrik Ibsen, sportif et grand marcheur, cherchait un terme qui désigne la liberté et le bien-être qu’un homme éprouve lorsqu’il communie avec la nature. Ce sera "friluftsliv". Il fait apparaître ce mot dans un poème, pour la première fois, en 1859.

Depuis, ce terme est devenu élément culturel chez les Danois, Norvégiens et Finlandais, pour décrire leur besoin de profiter des bienfaits de la nature.

Comment lutter contre la déprime de l’hiver

Chez les Scandinaves, toutes les occasions sont bonnes pour passer le plus de temps possible en extérieur à faire de l’exercice, profiter d’un sauna et même faire un pic-nic en plein hiver.
Mais si, vous non plus, vous n’avez pas de sauna, il est toujours possible d’enfourcher son vélo ou d’aller se balader à pieds. Le froid n’est pas si désagréable lorsqu’on est bien couvert.

Après le confinement, nous avons besoin de nous aérer (l’esprit)

Vous essayez de dire "friluftsliv" et ça ressemble à vos bafouillages devant un catalogue Ikea ??
Ce n’est pas grave. Pas besoin de savoir prononcer ce mot, l’important est de retenir le concept.

Ici, contrairement au confort du cocooning vanté par le mouvement hygge, on s’inspire de nos amis Norvégiens en s’aérant un maximum (sans oublier son attestation, pour le moment…) même s’il fait froid.

D’accord, en hiver, ce n’est plus vraiment la saison des barbecues et des pic-nic. Encore que… Avec le confinement, on a les pieds qui démangent et l’envie — le besoin — d’aller se ressourcer dehors. Alors, pourquoi ne pas lancer l’idée d’un repas sur l’herbe avec les enfants ? Bien emmitouflés dans des gros pulls, avec de la soupe chaude plutôt que des chips… Chiche ?

N’oubliez pas de changer aussi l’air de la maison

Inutile de partir à l’aventure bien loin.

Déjà, il faut ouvrir les fenêtres de la maison bien grand, plusieurs fois par jour. C’est bon pour nos poumons, tout cet air frais. Et contrairement aux idées reçues l’air intérieur est pollué et a aussi besoin d’être renouvelé : peintures, produits d’entretien, aérosols, humidité persistante... n’ont pas leur place !
Et avec nos logements de mieux en mieux isolés, ce qui est une très bonne nouvelle pour nos dépenses d’énergie, l’est moins pour le renouvellement de notre air intérieur !

Maison dessinée, risques de pollution intérieure dans les pièces et solutions

Les risques de pollution intérieure dans la maison et leurs solutions. Source : https://www.notre-planete.info
© Médecins allergologues de l'ARCAA.

Rédigé par : Delphine SANTINI