#À vos côtés

Temps de lecture estimé : 6 minutes

Tout savoir sur les bénéfices et la dangerosité des plantes

Les plantes et les végétaux possèdent des bienfaits pour notre santé et notre environnement. Pour certains, ils peuvent toutefois s’avérer nocifs, voire dangereux. Il est donc important de savoir les reconnaître.
Décryptage avec AÉSIO mutuelle.

Les plantes jouent un rôle essentiel dans l’écosystème. En effet, elles produisent de l’oxygène et nourrissent des millions d’espèces vivantes dans la chaîne alimentaire.

Plantes d’intérieur : quels bienfaits ?

Les plantes d’intérieur assainissent l’air en absorbant les particules nocives suspendues (monoxyde de carbone, bactéries, moisissures, allergènes…) et en les évacuant dans leurs racines. Les micro-organismes contenus dans le terreau se chargent ensuite de les détruire.

Pour créer un environnement sain, n’hésitez pas à adopter plusieurs plantes comme : le dragonnier, le ficus pumila, la fougère de Boston, la langue de belle-mère, la plante araignée, l’aloe vera, le caoutchouc, le jasmin, le chrysanthème… chez vous. Ces plantes ont un pouvoir dépolluant !

Les vertus naturelles des plantes médicinales  

Dès le Moyen-Âge, les plantes médicinales étaient cultivées dans les jardins des monastères et utilisées pour leurs différentes vertus : digestives, antiseptiques, cicatrisantes, antalgiques...

Toujours d’actualité en 2022, vous pouvez cultiver votre propre jardin de plantes médicinales pour vous aider à soigner les petits maux du quotidien.

Notre sélection de 5 plantes médicinales aux nombreuses vertus

  • La menthe : facile à reconnaître grâce à son parfum, celle-ci possède des vertus digestives et toniques. Vous pouvez utiliser les feuilles séchées ou bien les tiges feuillues fraîches pour réaliser une tisane qui vous aidera en cas de mauvaise digestion, ballonnements ou de fatigue.
     
  • La lavande : reconnaissable grâce à sa couleur mauve et son parfum fort, celle-ci possède une action antiseptique et cicatrisante sous forme d’huile essentielle.
     
  • Le ginseng : cette plante améliore les capacités physiques et mentales lors de fatigue, de troubles de la concentration ou d’épuisement. De quoi vous mettre en forme grâce à ce boost de vitalité ! Il existe sous forme de compléments alimentaires en pharmacie ou sous forme de boisson.
     
  • L’ortie : souvent détestée des enfants du fait de ces poils urticants, cette plante possède plusieurs vertus et peut se consommer sous différents aspects. Recommandée en cas de douleurs articulaires mais aussi bénéfique sur l’acné, l’eczéma, les lésions de la peau, elle est riche en fer. Vous pouvez l’utiliser sous forme de tisanes, de compresses, pour un usage externe, ou en cuisine : salade, soupe, cake…

    En cas de piqûre d’ortie, 3 conseils pour calmer la sensation urticante :
    - Rincer la zone avec du sérum physiologique sans frotter
    - Désinfectez avec un antiseptique neutre non alcoolisé si l’irritation persiste
    - Appliquez une crème apaisante ou du gel d’aloe vera pour soulager
    Retirez les poils urticants à l’aide d’un ruban adhésif comme une bande de cire dépilatoire, d’un geste brusque
    Désagréable, une piqûre d’ortie n’est pour autant pas grave ou dangereuse pour votre santé. Patientez 1h ou 2h pour que l’irritation disparaisse. En revanche, si la douleur dure plus de 24 heures, consultez votre médecin traitant rapidement.
     
  • Le romarin : reconnaissable à son feuillage vert, le romarin est un tonique efficace pour le cœur et le foie. Il stimule également la mémoire et aide à lutter contre les rhumes, sinusites, céphalées… Infusez-le dans une tisane pour profiter de ses vertus.

Il existe plusieurs autres plantes médicinales possédant des bienfaits, comme la marjolaine, l’origan, la valériane, la mélisse…

Si vous disposez d’un balcon ou d’un jardin, n’hésitez pas à cultiver vos propres plantes médicinales. Cette activité vous donnera envie de réaliser vos propres infusions et préparations.
Sinon, rendez-vous chez votre herboriste pour découvrir les plantes et en apprendre davantage !

Attention, les plantes médicinales ne sont pas des traitements, mais des remèdes qui vous aideront à améliorer votre guérison. En cas de symptômes persistants et de maladies, il est important de consulter votre médecin traitant pour vous soigner et suivre un traitement adapté.

Tout savoir sur les dangers des plantes

Certaines plantes peuvent s’avérer nocives ou risquées pour notre santé. Il est donc important de savoir comment les identifier, comment se conduire en cas d’intoxication, réaction, allergie et reconnaître les symptômes.

Plus de 58 espèces végétales peuvent être dangereuses !
Un site proposé par le Ministère de la Santé et de la Prévention vous permet d’effectuer une recherche par nom pour connaître les végétaux à risque et les risques associés : https://plantes-risque.info/

Mauvaise information 8 000 à 9 000 cas d’intoxication aux végétaux recensés /an par les centres antipoison, dont 700 cas graves ou ayant causé un décès

30% des Français sont concernés par une allergie due à une plante

lieu 58 espèces de végétaux sont dangereux pour notre santé

Ces 58 espèces sont réparties en 3 catégories :

>  Les espèces pouvant être toxiques en cas d’ingestion. Par exemple : le laurier rose ou le datura stramoine.

Symptômes : nausées, vomissements, salivation, malaise, dysphagie, diarrhée et eczéma.

>  Les espèces dont le pollen provoque une allergie respiratoire, comme le noisetier, l’olivier ou les bouleaux blancs.

Symptômes : congestion nasale, démangeaison des yeux, écoulement nasal clair et abondant,
éternuement à répétition, maux de tête et démangeaisons du nez, de la gorge et des oreilles.

>  Les espèces pouvant entraîner des réactions cutanées, comme l’alocasia, l’angélique vraie et l’angélique des bois.

Symptômes : éruption cutanée rouge, démangeaison de la peau, eczéma, apparition de vésicules ou de tâches.

heloise delbos ©unsplash

© photo H.Delbos, Unsplash

Méfiez-vous particulièrement de ces plantes allergisantes, voire toxiques

Il faut particulièrement se méfier de cette liste de plantes, assez répandues dans nos jardins, et pourtant dangereuses pour notre santé :

  • La digitale, le muguet et le ricin, qui contiennent des alcaloïdes très toxiques
  • Le lupin, les euphorbes, les hellébores, les pivoines, les arums et la berce du Caucase, qui peuvent causer de graves brûlures et des lésions cutanées importantes
  • La colchique, la ciguë, l’aconit, le laurier-cerise, sont également très toxiques et peuvent causer des malaises, des vomissements, des diarrhées hémorragiques et des douleurs abdominales.

En cas de problème, contactez directement les différents services d’urgence mis à votre disposition. Il s’agit du 15, du 112 (en Europe), d’un centre antipoison (lien ici ), ou de votre médecin traitant.

Conservez l’étiquette ou une photographie du végétal en cause, pour faciliter son identification !

Comment réagir face à ces dangers ?

  • Téléphonez immédiatement au centre antipoison le plus proche
  • Rincez abondamment votre bouche à l’eau, sans avaler
  • Ne vous faites pas vomir et ne buvez pas du lait. Le lait n’est pas un antipoison !
  • Recherchez des signes d’irritations, de gonflements ou de décolorations dans votre bouche
  • Téléphonez immédiatement au centre antipoison le plus proche
  • Lavez votre peau à l’eau tiède pendant au moins 15 minutes
  • N’appliquez rien sur votre peau
  • Téléphonez immédiatement au centre antipoison le plus proche
  • Lavez vos mains
  • Versez de l’eau sur vos yeux pendant au moins 15 minutes, en essayant de garder vos paupières ouvertes

Une fois au téléphone avec votre interlocuteur, précisez-lui : le nom ou la description de la plante ; à quel type d’intoxication vous faites face ; les réactions déjà visibles ; combien de temps s'est écoulé depuis l’intoxication.

Les précautions à prendre pour les enfants

  • Placez vos plantes hors de la portée des enfants (et des animaux)
  • Ou isolez-les, délimitez les espaces
  • Expliquez-leur qu’il ne faut pas toucher les plantes et surtout ne pas les ingérer

------------

Le saviez-vous ?

Depuis le 4 septembre 2020, il est obligatoire pour les distributeurs et vendeurs de végétaux d’informer préalablement à la vente l’acheteur des dangers sur les risques possibles pour la santé associés à certains végétaux (risque d’intoxication par ingestion, risque d’allergie respiratoire, risque de réaction cutanée, etc.) et les moyens de s’en prémunir.

 

Rédigé par : Jade FERRERES