#Objectif bien-être

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Comment limiter les allergies aux pollens ?

Avec le retour des beaux jours, les pollens activent chaque année les allergies de près de 20% des Français. Voici quelques conseils pour vous libérer de leur emprise.
Homme qui se mouche, herbes en arrière plan

Quels sont les pollens les plus allergènes ?

Dès les premières floraisons, éternuements en série, larmoiements et irritations des yeux entachent le retour des beaux jours pour les personnes allergiques. En cause ? Les pollens printaniers qui causent souvent des rhinites allergiques (appelées également rhume des foins).

Les pollens sont des grains microscopiques libérés par les plantes à fleurs et les arbres, qui vont leur permettre de se reproduire. La plupart sont issus de milliers d’espèces de graminées : ces plantes à fleurs rassemblées en épis (chiendent, céréales...). Il est difficile d’y échapper. Très légers, ces pollens volent partout. 

Les pollens les plus allergènes sont ceux des arbres : les pollens de bouleau, de platane, de cyprès, de noisetier, d'olivier, de charme et de frêne.

Quelles précautions prendre ? 

  • Luttez contre l’humidité, qui est un capteur de pollens ;
  • Favorisez l’ouverture des fenêtres avant le lever et après le coucher du soleil, car l’émission des pollens dans l’air débute dès le lever du soleil ;
  • Fermez les fenêtres en fin d’après-midi : c’est le moment où la densité pollinique est la plus forte ;
  • Si vous vous douchez le soir, rincez-vous (et séchez-vous) les cheveux pour ne pas véhiculer les pollens dans votre chambre. Brossez vos cheveux pour ne pas déposer les pollens sur votre oreiller. Ne sortez pas les cheveux mouillés, cela attire les pollens ;
  • Évitez les activités qui entraînent une surexposition aux pollens (entretien du jardin, activités physiques ou sportives). Privilégiez la fin de journée et le port de lunettes de protection et de masque ;
  • Évitez de faire sécher votre linge à l’extérieur, car les pollens se déposent sur le linge humide ;
  • En voiture, roulez vitres fermées ;
  • Après une promenade, nettoyez-vous le nez et les yeux au sérum physiologique pour évacuer les pollens qui pourraient s’y loger ;
  • Portez des lunettes de soleil, pour protéger vos yeux.

Les conditions anticycloniques favorisent la pollinisation des arbres et des herbacées. En clair, il faut d’autant plus se protéger par beau temps si l’on en est sensible ! ”

Nora SOULI médecin généraliste

Renseignez-vous avec les bulletins polliniques

Saviez-vous qu’avant de sortir de chez vous, vous pouvez vous informer précisément grâce aux bulletins polliniques hebdomadaires du Réseau National de Surveillance Aérobiologique ? Véritables bulletins météo adaptés aux allergies, ils font apparaître une France coupée en deux.
Au Nord d’une ligne Bordeaux-Lyon, avec les bouleaux qui sont la hantise des personnes allergiques. Au Sud, avec les platanes qui entraînent un risque d’allergies.

Pour mieux vivre au quotidien sans rester enfermé, vous pouvez télécharger une application dédiée Pollens.fr et être informé des alertes en temps réel.

Pollens et pollution, quel lien ?

L’interaction des pollens avec la pollution de l’air est une cause d’allergie avérée. Leur action conjuguée a effectivement des effets sur les muqueuses respiratoires et modifie notre sensibilité immunologique aux grains de pollens. Le réchauffement climatique augmente également la quantité des pollens, renforce leurs propriétés allergisantes, et prolonge la période de pollinisation.

Vous pouvez chez vous, adopter des gestes simples :

  • Évitez l’exposition à la poussière
  • Retirez moquettes, tapis et peluches
  • Passez régulièrement l’aspirateur. Attention aux aspirateurs sans sacs, au moment de vider l’appareil, des particules de poussières se volatilisent et pénètrent dans les voies respiratoires et les bronches
  • Veillez à ce que la température de votre chambre n’excède pas 19°C
  • Aérez tôt le matin ou tard le soir. Répétez l’opération tous les jours

Pas d’amélioration : que faire ?

Vous pouvez effectuer des tests rapides (15 minutes maximum) pour évaluer votre sensibilité, que vous pourrez compléter d’une prise de sang. Pour vous renseigner, et en cas de symptômes persistants ou perturbant votre quotidien, consultez votre médecin traitant et signalez-lui d’éventuels cas similaires dans la famille. La prédisposition génétique peut jouer un rôle.

20 à 25% des Français souffrent d’allergies respiratoires, et près de 300.000 patients sont traités pour une désensibilisation aux allergènes responsables, parlez-en à votre médecin traitant ! ”

Nora SOULI médecin généraliste

Rédigé par : Julie CAPDENAT