#Changer de regard

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Le vitiligo, ça vous parle ?

À l’occasion de la Journée mondiale du 25 juin dédiée au vitiligo, faites le point sur cette maladie peu connue, mais qui touche 1 à 2% de la population française, soit 600 000 à 1,2 million de personnes.

Qu’est-ce que le vitiligo ?

Le vitiligo est une maladie de la peau qui se manifeste par des zones blanches, souvent irrégulières ou ovales, sur la peau. Ces zones dites "dépigmentées" se retrouvent, le plus souvent, sur le visage, les pieds, les mains, les articulations et les parties génitales.
Celles-ci sont dues à la disparition de certaines cellules de la peau provenant des mélanocytes, responsables de la pigmentation cutanée. Sans eux, la peau et même les poils deviennent blancs.

À savoir : le vitiligo est une maladie qui évolue à un rythme imprévisible, celle-ci peut s’arrêter à tout moment ou à l’inverse se développer davantage sans en connaître la raison.

Cette maladie n’est ni contagieuse, ni infectieuse et ni douloureuse physiquement.

    Les causes du vitiligo

    On ignore à ce jour la cause exacte de cette perte pigmentaire.
    Le vitiligo peut être lié à des facteurs à la fois génétiques et non génétiques.

    En effet, dans certains cas, le vitiligo peut apparaître en raison d’une maladie auto-immune qui dérègle le fonctionnement du système immunitaire. C’est le cas de l’anémie pernicieuse (déficit en vitamine B12 qui contribue à notre métabolisme énergétique), l’hyperthyroïdie (excès d’hormones thyroïdiennes qui engendre un dysfonctionnement des organes) ou encore la maladie d’Addison (déficit de la corticosurrénale qui se traduit par une hyperpigmentation). Ces maladies vont dérégler le système immunitaire. Les lymphocytes de notre corps (globules blancs chargés de défendre l’organisme) vont prendre pour cible - par erreur - les mélanocytes.
    Le vitiligo peut être lié à des facteurs génétiques. Si une ou plusieurs personnes de votre famille est atteintes de vitiligo, vous êtes davantage exposé.

    Le vitiligo peut également être déclenché par un facteur comme le stress, qui fragilise les mélanocytes.

    15 à 20% des patients souffrant de vitiligo seraient atteints aussi d’une hyperthyroïdie ou de diabète ou de polyarthrite rhumatoïde (articulations qui gonflent, rougissent et sont douloureuses) ou encore de certaines maladies inflammatoires de l’intestin.

    Les 4 types essentiels de vitiligo

    Il existe plusieurs types de vitiligo :

    • Le vitiligo segmentaire : il s’agit d’une forme très localisée, qui ne touche qu’une seule zone du corps, une surface limitée et unilatérale (un seul côté du corps).
    • Le vitiligo généralisée : il est grossièrement symétrique et peut atteindre plusieurs zones du corps.
    • Le vitiligo muqueux : il est concentré sur les muqueuses : lèvres et organes génitaux
    • Le vitiligo universalis : il désigne la dépigmentation quasi-totale du corps

    Conseils et précautions pour votre quotidien

    —  Vitiligo et soleil

    Même si le vitiligo n’est pas une maladie grave, celle-ci vous expose davantage à un cancer de la peau en raison des zones dépigmentées qui ne font plus barrière aux rayons du soleil.
    Il est donc important de prendre plusieurs précautions, comme :

    • Protégez-vous du soleil en appliquant une crème solaire à indice de protection élevé, même si le soleil n’est pas fort
    • Exposez-vous de manière progressive
    • Évitez les expositions entre 12h et 16h pour contrer les rayons UV qui sont plus intenses à ces heures
    • Portez des vêtements anti-UV
    • Pensez à boire régulièrement, n’oubliez pas que le soleil déshydrate votre organisme !

    —  Vitiligo et vêtements

    Il est important aussi de faire attention à éviter au maximum les vêtements qui favorisent le frottement de la peau, comme :

    • Les bretelles de soutien-gorge
    • Les ceintures et pantalons trop serrés
    • Les cols roulés
    • Les bracelets, montres et colliers si votre peau s’éclaircit à ces zones

    Adoptez des vêtements amples pour plus de confort !               

    —  Vitiligo et hygiène

    Il est également essentiel de faire attention à votre toilette :

    • Évitez les produits agressifs pour votre peau, notamment pour votre visage (peeling, gommage…)
    • N’utilisez pas de gant de crin et évitez le hammam
    • Ne frottez pas votre peau avec votre serviette en sortant de la douche. Tapotez, en faisant des mouvements doux, pour vous sécher

    Ces gestes courants et simples vous permettront de ralentir l’évolution et l’extension de votre vitiligo.

    Traiter le vitiligo, est-ce possible ?

    Il est possible de réaliser un traitement pour arrêter le processus inflammatoire responsable de la destruction des mélanocytes mais aussi de stimuler la re pigmentation des taches.
    Pour cela, il existe plusieurs méthodes :

    • La photothérapie : une méthode qui utilise des rayons ultra-violets (de type B) pour stimuler les mélanocytes. Cette méthode est proposée pour les personnes atteintes de vitiligo généralisé.
    • La chirurgie de transplantation de mélanocytes : cette intervention chirurgicale consiste à greffer des mélanocytes provenant d’une zone donneuse sur les zones dépigmentées. Rarement demandée, elle peut être effectuée pour les cas de vitiligo généralisé et stable uniquement.
    • Les corticoïdes et la vitamine D : l’association de ces deux éléments permettent de repigmenter les petites taches de vitiligo.
    • La dépigmentation complète : il est également possible de dépigmenter totalement sa peau grâce à un traitement médical au laser.

    Le saviez-vous ?

    L’association française du vitiligo (AF Vitiligo) coordonne des rassemblements dans toute la France pour sensibiliser et informer sur cette maladie ! Il est possible de prendre contact avec l’association pour organiser une initiative en faveur du vitiligo.

    Pour plus d’informations sur les prochains évènement organisés, rendez-vous ici

    Rédigé par : Jade FERRERES