#À vos côtés

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Un numéro d’urgence à connaître : le 112 !

Chaque pays a ses numéros d’urgence spécifiques ou un numéro d’urgence commun, mais saviez-vous qu’il existe un numéro utilisable dans tous les pays de l’Union européenne ? À l’occasion de la journée européenne du 112, qui a lieu chaque année le 11 février, zoom sur un numéro pas tout à fait comme les autres…

Le 112, un numéro d’urgence international

Incendie, accident, blessure grave, malaise… vous vous trouvez en France et ne savez pas si vous devez contacter les pompiers ou le SAMU ? Vous vous trouvez en Europe et ne connaissez pas le numéro d’urgence du pays dans lequel vous êtes ? Un numéro à retenir : le 112 !

Créé en 1991 par le Conseil de l’Union européenne, le 112 est un numéro de téléphone qui permet de joindre les services d’urgence partout en Europe depuis un téléphone fixe ou portable, et ce gratuitement.

L’idée derrière ce numéro ? Centraliser les appels sur un seul numéro, quel que soit le pays ou la langue parlée, à un moment où les déplacements des citoyens européens dans l’UE se faisaient de plus en plus nombreux. Ce numéro est aujourd’hui aussi disponible en Suisse, Islande, Australie, Israël, Afrique du Sud, etc.

Comment ça marche ?

Lorsque vous contactez le 112, depuis la France ou un pays étranger qui l’utilise, un professionnel vous pose les questions nécessaires à déterminer le type d’urgence auquel vous êtes confronté. Il peut ensuite déclencher les secours adaptés à votre situation pour vous fournir, à vous ou à une victime tierce, les meilleurs soins possibles. 

Si certains pays ont abandonné leurs anciens numéros d’urgence pour privilégier le 112, d’autres, comme la France, ont préféré un système de redirection des appels : le numéro international renvoie vers une plateforme où un opérateur vous redirige ensuite vers les pompiers, le SAMU ou la police. Ce système permet de contacter à coup sûr le bon service d’urgence puisque c’est un professionnel qui vous redirige, mais il représente surtout un gain de temps puisque vous n’avez pas à faire de recherches et n’hésitez plus entre les autres numéros d’urgence.

Célébrée le 11 février (clin d’œil au 112 avec la date du 11.2), la journée européenne du 112 essaie ainsi de sensibiliser et de promouvoir ce numéro d’urgence commun. Car, malgré plus de 30 ans depuis sa création, le 112 est encore méconnu en France : selon une étude Eurobaromètre de 2016, seuls 27 % des citoyens européens connaissent son existence.

Quelques chiffres sur le 112

  • En 2019, en Europe, 267 millions d’appels d’urgence ont été passés ;
  • Le 112 a été appelé près de 150 millions de fois, soit 56 % de l’ensemble des appels d’urgence ;
  • En France, le numéro est utilisé dans 9 % des appels d’urgence, ce qui en fait le pays qui utilise le moins ce numéro d’urgence ;
  • En 2016, seuls 27 % des Européens connaissent ce numéro d’urgence.

Source : Rapport de la Commission au Parlement européen et au conseil sur l’efficacité de la mise en œuvre du numéro d’urgence unique européen « 112 »

Connaissez-vous les autres numéros d’urgence en France ?

Tous ces numéros sont gratuits, disponibles 24h/24 et 7 jours/7 et peuvent être composés depuis un téléphone portable ou un fixe :

  • 15 : SAMU, pour les urgences médicales ou pour être redirigé vers un organisme de permanence de soins. Des médecins régulateurs vous posent des questions et, en fonction de vos réponses, peuvent vous envoyer un médecin libéral, une ambulance privée, les pompiers, le SMUR pour les situations les plus graves. 
  • 17 : Police Secours, pour signaler une infraction pénale, un accident de la route ou un trouble à l’ordre public.
  • 18 : Sapeurs-Pompiers, en cas d’incendie, de situation de péril ou d’accident. Les pompiers interviennent en majorité sur la voie publique et le SAMU chez les particuliers mais cette notion diffère d’un département à l’autre. 
  • 114 : Regroupe les 3 numéros d’urgence précédents. Ce numéro est dédié aux sourds, malentendants et aux personnes confinées. Le contact se faisant par SMS ou fax, le service est discret.
  • 115 : SAMU social - SOS Sans Abri.
  • 119 : Enfance maltraitée

Bon à savoir : si vous appelez les pompiers pour une urgence médicale, l’appel sera transféré au SAMU où des médecins décideront des étapes à suivre. 

En cas de doute, n’hésitez pas, contactez les secours et privilégiez le 112 !

Pour un problème qui ne relève pas de l’urgence comme un mal de tête ou un rhume, rapprochez-vous de votre médecin traitant ou d’une pharmacie de garde. 

3 situations à connaître en cas d’urgence

1. Je suis face à une urgence mais le téléphone de la victime est verrouillé, comment contacter les secours ?

En France, ce numéro fonctionne sans réseau et sans carte SIM pour être accessible en continu par tout le monde et, sur la quasi-totalité des smartphones sur le marché, vous trouverez l’option « Urgence » sur un téléphone verrouillé ! Cette option vous permet de consulter la fiche médicale du propriétaire du téléphone (si celui-ci l’a bien complétée) et de passer un appel d’urgence, gratuit, et notamment au 112. 

Le saviez-vous ? Sur smartphone, vous pouvez configurer une fiche médicale utilisable en cas d’urgence par vos proches ou les secours. Celle-ci est composée de votre identité, votre âge et votre groupe sanguin, indique si vous prenez des traitements, et regroupe vos contacts d’urgence. Pensez à la compléter ! 

2. Le réseau est saturé, qui dois-je contacter en priorité ?

Le 112 est un numéro prioritaire : si jamais vous vous trouvez dans une situation où le réseau est saturé, privilégiez-le aux autres numéros d’urgence. Les appels passés au 112 passent devant les appels provenant du 15, 17 et 18.

3. Je suis en situation d’urgence, quelles informations dois-je communiquer aux secours ?

Vous n’avez jamais été confronté à une urgence vitale ?

Si vous êtes un jour amené à contacter le 112 ou tout autre numéro d’urgence, certaines informations sont à transmettre au professionnel que vous aurez au bout du fil :

  • Votre numéro (en cas de coupure de la ligne),
  • Le lieu et la nature de l’accident,
  • Le nombre de personnes impactées,
  • Les gestes de secours réalisés…

Découvrez tous nos conseils pour agir vite et bien en situation d’urgence 

Les applications à connaître pour sauver des vies 

Lors d’un arrêt cardiaque, chaque minute passée sans massage cardiaque correspond à 10 % de chance de survie en moins alors que les délais d’intervention des secours sont en moyenne de 14 minutes.

Le taux de survie pour un arrêt cardiaque serait, selon l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, de 1 à 40 %. 

Partant de ce constat que chaque minute compte, deux applications ont été créées pour faire participer des citoyens, formés ou non aux gestes de premiers secours, lors d’une urgence qui a lieu à proximité d’eux :

Staying Alive

Créée par AEDMAP, un éditeur qui cartographie les défibrillateurs cardiaques en France, et aujourd’hui en partenariat avec les pompiers, l’application permet de signaler aux « Bons Samaritains », des citoyens sauveteurs, qu’une victime se trouve dans les 500 mètres autour d’eux et a besoin d’aide. Ceux-ci prodiguent les gestes de premiers secours à l’aide d’un défibrillateur ou à travers un massage cardiaque. 

SAUV life 

Créée par le Dr Lionel Lamhaut, médecin urgentiste au SAMU de Paris, l’application est dédiée à l’urgence vitale. Lors d’une urgence cardiaque, le SAMU peut déclencher une notification aux citoyens inscrits sur l’application qui se trouvent à proximité, formés ou non aux gestes de premiers secours. Un professionnel de santé les guide par téléphone pour effectuer ces gestes au mieux. 

Ces citoyens s’inscrivent, précisent s’ils ont une formation, et peuvent localiser les défibrillateurs autour d’eux. En cas d’urgence, une alerte est lancée sur l’application et ces citoyens acceptent ou non de porter secours à la victime. 

L’objectif ? Gagner les quelques minutes précieuses nécessaires avant l’arrivée des secours, ce qui augmente considérablement les chances de survie des victimes.