#Objectif bien-être

Temps de lecture estimé : 6 MINUTES

Faut-il travailler moins pour vivre mieux ?

Dans notre société moderne, le temps pour soi est probablement devenu la denrée la plus précieuse. Pour autant, il n’est pas nécessaire de quitter son emploi. Il s’agit avant tout de vous accorder sur votre rapport au travail.
Tour d’horizon des pistes qui existent, pour favoriser son bien-être et une meilleure qualité de vie.

Poussés à la fois par la nécessité et le choix délibéré de vivre mieux et plus simplement, nous sommes chaque jour plus nombreux à solliciter des aménagements de notre temps de travail. Cette tendance est exacerbée par les crises sanitaires et économiques que nous traversons actuellement. Elle éclaire surtout de nouvelles aspirations : promesses d’une meilleure qualité de vie ?

Travailler plus... pour prendre sa retraite à 40 ans

Quitter son emploi dès 40 ans et profiter d’un maximum de temps libre : utopie ? folie ? Pour beaucoup, ce rêve semble inaccessible. Mais pas pour les frugalistes, nés du mouvement américain initié par Mister Money Moustache.

Le frugalisme consiste à atteindre l’indépendance financière rapidement en épargnant la majorité de ses revenus. Il s’agit de se constituer une réserve d’argent et d’investir principalement en immobilier et en Bourse.

Ce drôle de mode de vie, tout en sobriété et économie, implique de travailler davantage au début de sa vie active, pour consacrer le maximum de ses revenus à l’effort d’épargne (soit 50 à 70% des revenus mensuels). L’objectif est considéré comme atteint par un frugaliste, lorsqu’il a accumulé environ 25 fois ses besoins annuels.

Vivre sobrement

Dans tous les cas pour vivre plus sobrement, vous devez définir vos priorités selon vos possessions matérielles et vos habitudes de consommation. L’essentiel porte ainsi sur le logement et l’alimentation, en listant des choses dont le frugaliste fait en sorte de se passer, selon la définition Wikipédia, pour dépenser moins :

  • voiture,
  • sorties,
  • smartphone,
  • vacances…

Les frugalistes purs et durs se passent complètement de ces choses, en vivant "en dessous" de leurs moyens ! Bien entendu, vous pouvez adapter vos dépenses pour des choix moins drastiques.

Devenir minimaliste : nos conseils pour vivre mieux, avec moins

Ces "sacrifices" sont récompensés par la possibilité de prendre sa retraite effectivement beaucoup plus tôt que l’âge légal, et d’être libre de toute contrainte. De fait, construire votre patrimoine selon ce mode de vie est peut-être l’une des meilleures façons de prendre votre retraite très rapidement et de vivre exclusivement de vos rentes.

Travailler moins, s’épanouir mieux ?

Le travail occupe une place importante dans nos vies. Or l’organisation, actuelle et passée du temps de travail ne garantit plus un épanouissement total. Partant de ce constat, en France et dans d’autres pays européens, de nombreuses expériences ont été menées, par exemple, autour de la semaine de quatre jours ¹.

Travailler quatre jours par semaine libère mécaniquement davantage de temps libre, avec un effet immédiat sur la capacité à se détendre et à réduire son niveau de stress. En Angleterre notamment, le quotidien The Guardian (lien) rapporte d’ailleurs une expérience de grande ampleur, menée par 60 entreprises rassemblant plus de 3 000 salariés qui vont travailler un jour de moins par semaine.

La semaine de 4 jours

La mise en place d’une semaine de 4 jours, soit 32h, qui pourrait permettre de créer de nouveaux emplois est mise à nouveau sous les feux de la rampe, depuis le début de la crise sanitaire. La semaine de quatre jours n’est pourtant pas une idée récente : elle est débattue depuis les années 1990 !

Cette revendication économique, sociale et politique, viserait à mieux équilibrer vie personnelle et temps de travail
Pour le moment, les structures publiques et privées qui l'adoptent visent l’amélioration des conditions de travail de leurs salariés, afin d’être « innovant, de façon à attirer et à retenir nos employés ² » explique le patron de la Royal society of biology à Londres, qui fait partie de ces entreprises qui testent la semaine de 4 jours à grande échelle. « On privilégie désormais la qualité du travail, et plus la quantité d’heures » ajoute-t-il.

Les entreprises qui l’expérimentent notent une amélioration de la productivité et un engagement plus fort de la part des collaborateurs, grâce à une plus grande liberté face à l’organisation du travail. « Plus de la moitié [de nos 2.600 membres] sont prêts à tester la formule. C'est vrai que nous n'avons que des retours positifs de ceux qui l'ont mis en place » s’étonne Emeric Oudin, président du réseau Le Centre des Jeunes Dirigeants dans Les Echos (5/02/2019).

Aménager son temps d’aidant

Venir en aide à un proche malade, dépendant ou en situation de handicap, est une réalité pour environ 11 millions de Français, selon une enquête Ipsos en 2020. La plupart des aidants familiaux exercent une activité professionnelle en parallèle, ce qui nécessite d’obtenir une flexibilité de leurs heures de travail pour s’adapter aux horaires des soins.

Vivre mieux sa vie d’aidant familial tout en prenant du temps libre pour soi, sans se laisser gagner par un sentiment de culpabilité, est rendu possible avec la reconnaissance du statut d’aidant et des aides associées :

  • aides financières,
  • don de RTT,
  • congé de proches aidants,
  • congé de solidarité familiale,
  • droit au répit.

Équilibrer vie professionnelle et vie personnelle

Le temps – parce qu’il est rare – est la ressource la plus précieuse pour un aidant !
À ce titre, il doit veiller à maintenir un bon équilibre entre le travail, l’assistance du proche familial et sa vie personnelle.

Si vous êtes dans ce cas, pour mieux vivre cette situation où la charge mentale est forte, pensez à faire de l’exercice régulièrement ; appeler des amis ou à pratiquer un passe-temps.

Autocollant "Hello" avec un smiley tenu par une main

Aider un proche ne veut pas dire négliger sa santé et son bonheur ! Au contraire, cela vous donnera toute la force et la résilience nécessaires pour donner le meilleur de vous-même à ceux qui ont besoin de vous. N’ayez pas peur de prioriser régulièrement vos besoins personnels par rapport à ceux des autres.
Pour votre bien-être et vivre mieux, vous devez avoir des ambitions d’avenir : il est nécessaire de se fixer des objectifs personnels à long terme, à la fois pour le travail et pour les aspirations personnelles. Ainsi, vous resterez motivé et toujours prêt à aller de l’avant.

Adapter son temps de travail pour s’occuper de soi et de sa famille

Au-delà de la semaine de 4 jours, la réduction du temps de travail s’appuie sur plusieurs dispositifs légaux. Ils répondent à des projets de vie spécifiques ponctuel, ou inscrits dans la durée.

Le temps partiel

Le travail à temps partiel*** se développe. Mais ce sont majoritairement des femmes qui le subissent.
Lorsqu’il relève d’un choix personnel, le temps partiel à 50% ou à 80% permet de dégager du temps pour s’occuper des siens, en particulier des enfants, et ainsi mieux profiter de chaque petite minute avec eux.

18% DES FRANÇAIS ONT RECOURS AU TEMPS PARTIEL (SOURCE : INSEE ³)

Pour d’autres, travailler moins d’heures les libère du stress occasionné par leur poste. Ils peuvent ainsi se consacrer à d’autres projets, s'adonner à des loisirs et des activités sportives, participer à des projets associatifs, etc.

Le congé sabbatique

De nombreux jeunes travailleurs n'hésitent plus à mettre entre parenthèses leurs études quelques mois. Et lorsqu’on est salarié, il est également possible de stopper son travail pendant une petite année. En France, le congé sabbatique est un droit pour convenance personnelle, allant de 6 à 11 mois. Il est accordé par l’employeur sous réserve de répondre à certaines conditions, et avec l’assurance de retrouver votre poste à votre retour.

Libre à vous d’utiliser ce temps pour :

  • voyager et découvrir le monde,
  • vous rendre utile en participant à une mission humanitaire,
  • tenter une nouvelle expérience professionnelle,
  • suivre une formation pour acquérir d’autres compétences…

 

Pour conclure

Le rapport au travail est propre à chacun. Il dépend de ses aspirations personnelles, de ses ressources mais aussi de ses contraintes et de sa manière d’être. Et si le secret pour vivre mieux était de prioriser ce qui vous procure réellement de la joie et optimise votre sentiment de bien-être ?
Selon, la solution peut être de travailler plus… ou moins !

 

---- Cet article est issu de plusieurs sources et ne reflète pas une opinion directe d’AÉSIO mutuelle ----