#Objectif bien-être

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Nutri-Score : vous saurez enfin ce que vous mangez

L'étiquetage Nutri-Score a été mis au point pour indiquer de façon plus claire aux consommateurs, si un aliment est bon pour leur santé. Des marques sont volontaires depuis 2016 pour afficher cette mention en France. Découvrons ensemble à quoi sert ce logo et comment il est choisi.
Enfant dans un caddie, rayons de supermarché. Logo Nutriscore C orange

Aujourd’hui, cette étiquette colorée nous est familière : une lettre bien visible, qui se détache sur un fond de couleur, pour informer en un regard sur la qualité nutritionnelle des produits alimentaires en magasin.

Comment reconnaître l’étiquette Nutri-Score ?

La mention Nutri-Score est une étiquette composée de 5 lettres (A, B, C, D et E) sur un fond de couleur allant du vert au rouge foncé. Ce label nous est familier, puisqu’il s'inspire beaucoup des classes énergétiques que l’on trouve sur nos appareils électro-ménagers depuis plusieurs années. C’est ce même logo qui nous indique si notre appareil va consommer beaucoup d’électricité, par exemple.

Logo couleur Nutri-Score jaune, lettre C

Ici l’objectif est similaire : grâce à un code visuel clair, le Nutri-Score indique les propriétés nutritionnelles d’un aliment.

Des lettres qui indiquent la qualité des aliments

Le logo Nutri-Score a été conçu par Santé publique France (groupe InVS¹, Inpes² et Eprus³), à la demande de la Direction générale de la santé. Ce label a pu être créé grâce aux travaux de l’équipe du Pr Hercberg (chercheur à l’INSERM), aux expertises de l’Anses⁴ et du Haut Conseil de la Santé Publique.

Le Nutri-Score concerne tous les produits transformés et les boissons sans alcool.
Il s’appuie sur un code couleur qui va du vert au rouge. Ainsi que sur des lettres allant de A à E. Plus on va vers le E et le rouge, moins les qualités nutritionnelles sont élevées, et plus on ingurgite de sucre, de sel et d’acides gras saturés mauvais pour la santé.
Facile, non ?

En France, 49% des adultes sont en surpoids et un sur six (17%) est obèse

Comment est calculé le score d’un produit ?

Pour classer chaque produit, les scientifiques ont mis au point une note globale qui prend en compte la composition :

  • en nutriments et aliments à favoriser (fibres, protéines, fruits et légumes)
  • en nutriments à limiter (énergie, acides gras saturés, sucres et sel)

Les produits “gras” (fromages, matières grasses) ont bien sûr une notation adaptée.

Le résultat obtenu permet d’attribuer au produit une lettre et une couleur, qui “matérialise” cette note. Les résultats sont toujours exprimés pour le même poids, à savoir 100 grammes de produit.

Un Nutri-Score C, c’est bon ou mauvais ?

Ça dépend... Pour les yaourts qui peuvent être notés A, B ou C, un C est le moins bon score possible. Mais pour les huiles, qui peuvent être notées C, D ou E, à l'inverse, un C est le meilleur Nutri-Score possible !

Quel est l’intérêt du Nutri-Score ?

L’avantage est qu’il permet de voir en un coup d’œil, entre 2 produits identiques vendus par des marques concurrentes, lequel est le moins mauvais pour notre santé. On préfèrera donc sans trop d’hésitations, un produit qui a un B sur son emballage, plutôt qu’un D !

Nous ne sommes pas obligés de nous nourrir de viande tous les jours ; nous devrions éviter les produits transformés et limiter les sucres cachés. Oui, comprendre ce que l’on mange permet de limiter la “malbouffe”. Oui, aujourd’hui c’est un objectif de santé publique qui permet aussi de prévenir les risques de surpoids ou de maladies cardiovasculaires.

Un guide à considérer comme tel

Avec ce logo, les spécialités comme les fromages et les charcuteries écopent souvent des notes D ou E, les moins bonnes de l’étiquetage nutritionnel, du fait de leurs teneurs élevées en sel et en matières grasses saturées. À l'exemple du Roquefort, qui ne contient pourtant « que du lait cru et du sel » et qui regrette que ce label "diabolise" le fromage, sans tenir compte de l'apport en nutriments, par exemple.

Au quotidien, ne cherchez pas à consommer que des produits Nutri-Score A et B. Les aliments classés D et E peuvent tout à fait s’inscrire dans une alimentation équilibrée, à condition de les consommer en petite quantité et pas trop souvent !

Une mention obligatoire en publicité ?

Les messages de prévention qui sont diffusés à la télé : « Pour votre santé, bougez plus » ou « Ne mangez pas trop gras, trop sucré, trop salé » datent déjà de 2007. Aujourd’hui, ils sont trop anciens et nous n’y faisons plus du tout attention.
Un député avait demandé à rendre obligatoire le Nutri-Score à la télévision. Mais les lobbys de l’alimentation s’y sont opposés en 2018…

Heureusement, de nombreux industriels et distributeurs de l’alimentation ont compris l’intérêt d’afficher clairement cette indication.

En France, 1188 marques apposent aujourd’hui volontairement ce logo à l’avant de l’emballage des produits de leurs marques : Auchan, Carrefour, Intermarché, Leclerc ou Casino, mais aussi Danone, Picard, Bonduelle, McCain, Sodebo et Fleury Michon...

Les marques qui apposent le logo Nutri-score

Choisir des produits qui mentionnent le Nutri-Score peut donc être une façon de consommer “engagé”, en signalant aux marques que oui, nous consommateurs, voulons manger sainement et savoir ce qu’il y a dans notre assiette !
 

-------------------
¹ Institut national de veille sanitaire
² Institut national de prévention et d’éducation pour la santé
³ Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires
⁴ Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail

Le Nutri-Score : mieux manger en un coup d'oeil

Rédigé par : Delphine SANTINI