#À vos côtés

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Développer une culture de la prévention-santé par le sport est capital, notamment pour les femmes

Au travers de l’interview qu’il a accordée à la revue WomenSports du mois de janvier, Patrick BROTHIER, Président d’AÉSIO mutuelle, confirme l'engagement de notre groupe auprès du sport au féminin.
Equipes de basket, foot, hand féminines. ASSE, Bourges Basket

© photos : Paris FC, ASSE St-Etienne, CL Colombelles Handball, Basket Landes

Dans cet interview, Patrick Brothier souligne combien, dans un contexte de modification des modes de vie, d’accroissement du niveau de sédentarité, de vieillissement de la population, l’activité physique et donc la pratique sportive constitue un levier important de prévention. Il précise qu’à côté de nos partenariats avec des clubs et associations sportives, nous accompagnons et parrainons des événements ponctuels, au travers de courses locales, de cross, de marathons, etc. Ces événements s’inscrivent dans le cadre de nos actions de prévention (prévention contre les cancers féminins, tout particulièrement au moment d’Octobre Rose).
Enfin, il évoque quelques partenariats emblématiques auprès de clubs ou d’équipes féminines qui valident notre volonté d’être un acteur du mouvement sportif.

WOMEN SPORTS : Patrick Brothier, commençons par une question personnelle. Quelle est la place du sport dans votre vie ?

Patrick Brothier : Je suis né à côté de Saint-Etienne et, naturellement, le football a très tôt pris une place importante dans ma vie. Même si j'ai quitté le bassin stéphanois depuis 40 ans, je garde toujours un lien fort avec ce territoire et suis fier qu'AÉSIO mutuelle soit devenue le partenaire majeur de toutes les équipes de l'AS Saint-Etienne. En effet, nous sommes un des premiers employeurs de la ville de Saint-Etienne et nos élus dans les territoires ont à coeur de s'impliquer dans le sport et dans la vie de la cité. Au delà du partenariat avec l'ASSE, nous sommes partenaires de pas moins de 120 clubs sportifs dans toute la France, ce qui me réjouit en tant qu'amoureux du sport. Les décisions de soutenir ces clubs se font au niveau local, car une mutuelle appartient à ses adhérents. On ne peut donc pas m'accuser de favoritisme pour l'ASSE (rires) !

Parmi ces nombreux partenariats sportifs, votre soutien au sport au féminin est important. Pourriez-vous nous en donner quelques exemples ?

Effectivement, nous prônons la parité dans nos partenariats et soutenons presque systématiquement les sections masculines et féminines dans les clubs que nous accompagnons. C'est notamment le cas à l'ASSE mais aussi au RC Lens. Et dans le cas du Paris FC, nous avons débuté notre partenariat par l’équipe féminine. Cet engagement se traduit également dans d'autres disciplines, comme le handball et le basket féminin. Nous avons aussi soutenu des sportives dans leur préparation olympique, comme Antoinette Nana Djimou, Éloyse Lesueur et Cindy Billaud, là encore en parité avec des athlètes masculins.

Chacun le sait, le sport est bon pour la santé. Mais concrètement, comment une mutuelle santé peut-elle s'appuyer sur le sport, notamment dans ses missions de prévention ?

La pratique d’une activité physique et sportive maintient le capital santé. Nous vivons de plus en plus longtemps, il est essentiel de vivre en bonne santé. De ce point de vue, nous devons contribuer à développer la culture de la prévention qui est encore trop faible en France. C’est une petite révolution culturelle qu’il nous faut mener. Le sport a évidemment toute sa place dans une stratégie de prévention, qui est un jeu à mèche lente. A nous de nous saisir du développement de la e-santé pour innover en matière de prévention par le sport.

Plus spécifiquement sur la question des femmes et des maladies qui les touchent plus particulièrement, on pense ici notamment au cancer du sein ou aux maladies cardio-vasculaires, quelles sont les actions soutenues par AÉSIO mutuelle ?

En France, les maladies cardio-vasculaires sont à l’origine d’environ 140 000 décès/ an (1). Elles représentent la première cause de mortalité chez les femmes en France (2), avec notamment une nette progression du nombre d’infarctus chez les femmes jeunes. Nous nous inscrivons dans une politique de sensibilisation et de prévention. Sur la question du cancer du sein, nous sommes partenaires de l’opération « Octobre rose » ; sur le terrain, nous mobilisons nos adhérents, collaborateurs et élus à prendre part aux nombreux événements liés à cette opération, comme les courses solidaires qui cette année, nous ont permis de verser 10 000 euros à trois associations. Le tissu associatif est très riche et nous l’accompagnons pendant et après l’événement sur des opérations très locales, par exemple dans l’accompagnement post-soin. Sur ces thématiques, ces associations jouent un rôle très important mais méconnu. Nous les accompagnons tout au long de l’année, avec une certaine discrétion. La granularité est fondamentale et notre présence sur l’ensemble du territoire se prête à soutenir ces actions. Sur les problématiques cardio-vasculaires, nous avons pris de multiples initiatives comme un partenariat avec la Fédération française de cardiologie ou le soutien à une start-up lyonnaise qui a inventé un système de capteurs intégrés dans les vêtements qui préviennent les risques d’AVC.

Votre groupe compte près de 4000 collaborateurs. Quelle est la politique interne sur les questions de l'empowerment des femmes et de la mixité ?

L'indice de parité des mutuelles ayant fondé AÉSIO mutuelle est supérieur à 90/100. C’est un très bon indice mais nous pouvons faire mieux. Plus de 70% du personnel est féminin, mais le ratio n’est pas encore à ce niveau sur les postes à responsabilité. Cela prendra du temps, mais cela va changer. AÉSIO mutuelle accueille en ce début d'année une nouvelle directrice générale, Sophie Elkrief. Nous formerons un binôme de dirigeants paritaire et nous porterons ensemble cet objectif d'assurer au sein d'AÉSIO l'égalité entre les femmes et les hommes. Par exemple, dans certaines catégories, comme les « actuaires », qui sont en quelque sorte les ingénieurs dans notre secteur, nous devons recruter plus de femmes.

En conclusion, petite question plus légère : qui est votre sportive préférée ?

Permettez-moi, là aussi, de respecter la parité et de vous citer une femme et un homme. Je suis fan de football, mais je vais faire mes choix dans le basket. LeBron James pour les hommes. Une légende vivante de la NBA, un sportif hors normes. Et Céline Dumerc pour les femmes. Une joueuse exceptionnelle, qui a tant donné à l'équipe de France et à ses clubs, et qui va prolonger son engagement au sein de la Fédération. Je lui souhaite tout mon succès pour ses futures fonctions.

Photo du numero WOMENSPORTS offert par AÉSIO mutuelle

Rédigé par : David TOMASZEK Rédacteur pour WOMENSPORTS.FR