Communauté de collaborateurs —

Temps de lecture estimé : 2 minutes

La Semaine de la responsabilité sociétale des entreprises chez AÉSIO

La Semaine européenne du développement durable s’est tenue du 21 au 25 septembre. C’était l’occasion pour AÉSIO mutuelle de prendre la parole, quotidiennement en interne, pour présenter ses ambitions RSE à l’ensemble des collaborateurs. Catherine LE MOUEL Chef de projet PMO à la direction Transformation et Système d’informations, et Maxime IMBERT Chef de projet à la direction de l’engagement sociétal, reviennent sur cette semaine riche en informations et apprentissages.

Maxime, pouvez-vous nous dire comment vous avez animé cette semaine RSE ?

Maxime IMBERT Chef de projet à la direction de l’engagement sociétal – Nous avons commencé en amont de la semaine responsabilité sociétale de l’entreprise par proposer aux salariés un sondage, où nous les avons questionnés sur leur vision de la société de demain et sur la façon dont AÉSIO devrait s’y inscrire. Nous les remercions sincèrement pour leur participation massive.

Ils nous ont fait part de nombreuses propositions, suggestions, qui alimenteront nos projets en cours de construction. Et qui nous ont fourni beaucoup de matière pour animer notre semaine de la RSE.

Le premier objectif de cette semaine était d’informer tous les salariés de la façon dont la RSE est intégrée à la construction d’AÉSIO. C’est ce que nous avons fait le 1er jour de cette semaine, par le biais d’une animation vidéo dans laquelle nous avons présenté l’ambition RSE d’AÉSIO et la gouvernance mise en place pour la réaliser.

Et le second objectif, le plus important à mes yeux, était de démontrer que nous avons tous, salariés et directions, notre contribution à apporter pour faire de notre future mutuelle, une mutuelle responsable. La réalisation de la stratégie RSE d’AÉSIO, ce n’est pas seulement le travail de l’équipe de la Direction de l’engagement sociétal. C’est un engagement qui doit se construire et s’inclure dans toutes les directions, dans le quotidien des collaborateurs et dans les pratiques métiers.

Pour illustrer ce point, nous avons notamment donné la parole Eric Gex-Collet, directeur des Richesses Humaines, qui nous a parlé des travaux menés pour définir la raison d’être de la DRH. Ainsi qu’à Yves CHAMPAIN directeur Finance corporate, pour nous expliquer la politique d’investissement responsable en cours de création pour AÉSIO.

Catherine, pouvez-vous nous dire comment vous avez vécu cette semaine de la RSE ?

« Avec enthousiasme, satisfaction et espérance. Ce sont les maîtres mots de cette semaine de la RSE » ”

Catherine LE MOUEL Chef de projet PMO

Enthousiasme, car c’est une chance pour l’équipe de la Direction de l’engagement sociétal de pouvoir mettre en lumière, auprès de l’ensemble des collaborateurs, l’ambition RSE d’AÉSIO.

Satisfaction, car la RSE est intégrée dans le plan stratégique d'AÉSIO mutuelle et peut s’appuyer sur un Comité de pilotage dédié. Et à travers, le sondage RSE, le taux de participation et les réponses aux questions, on sent une véritable volonté d’associer et d’impliquer les salariés dans la construction du plan d’action.

Espérance, car la semaine de la RSE réussit à ouvrir des fenêtres sur les enjeux environnementaux, sociétaux et sociaux qui nous concernent tous, au quotidien et ce quel que soit notre âge, notre métier et nos activités. J’espère que les engagements d’AÉSIO sur les nouveaux modes de travail, la réduction des émissions carbones, la santé pour tous par exemple, trouveront un écho fort dans notre manière de développer notre entreprise et s’inscriront dans nos pratiques métiers quotidiennes.

Quelles actions menez-vous au quotidien pour avoir un comportement responsable ?

Catherine LE MOUEL - Avant le confinement, l’adoption d’écogestes m’avait permis de réduire mon impact environnemental. Comme par exemple, l’utilisation de la tasse qui nous a été distribuée par le service Communication.  Les distributeurs à café la détectent automatiquement. Cela évite qu’un gobelet en plastique soit utilisé. Ou encore l’utilisation systématique d’une gourde en inox. Là encore, cela évite d’utiliser un gobelet à usage unique à la fontaine à eau ou d’utiliser les bouteilles en plastique des salles de réunion. J’ajoute à ces petits gestes : la réduction des impressions, le recyclage des déchets …
Mes déplacements en train ou en co-voiturage d’un site à l’autre m’aident aussi à réduire mon empreinte carbone.

A la maison, nous privilégions les achats alimentaires locaux et bio, la réduction et la valorisation des déchets.
 

Ces changements sont des gouttes d’eau, mais ils sont très faciles à réaliser dans la vie quotidienne en entreprise individuellement. Mais je suis bien consciente que nous ne sommes pas à égalité sur tous les sites d'AÉSIO.

Le confinement a été aussi un réel accélérateur de comportement responsable, notamment grâce au télétravail et aux outils collaboratifs, qui ont eu pour effets bénéfiques de me faire gagner un temps précieux sur mes trajets en transports (moins 1h30 par jour). Et de réduire mon empreinte environnementale. C’est un cercle vertueux qui m’offre ainsi un meilleur équilibre vie professionnelle-vie privée.

Maxime IMBERT - Sur le plan professionnel, comme l’a dit Catherine, c’est évident que la réduction drastique des déplacements entre sites et le recours plus important au télétravail ont permis de réduire nos émissions carbones!

Et dans cette période où nous recourons de plus en plus au travail à distance, j’essaie aussi autant que possible d’adopter les écogestes numériques : comme rationaliser mes envois de mails ou échanger les documents volumineux via des serveurs partagés. Et puis n’étant pas équipé d’imprimante chez moi, j’ai appris durant le confinement à travailler sans imprimer, de quoi réduire significativement ma consommation de papier !

A titre personnel enfin, je me tourne de plus en plus vers le commerce local et bio, notamment pour tout l’alimentaire.

Quoi de mieux que donner la parole à ses collaborateurs pour parler des projets de l’entreprise ? 😊

Merci à Maxime et Catherine pour leur contribution et je vous donne rendez-vous très vite pour un prochain article.

Rédigé par : Sofia TAALIBI